mercredi 13 février 2013

Ce que doit être en nous la sanctification

Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers...
1 Thessaloniciens 5:23
 
Quand nous demandons à Dieu de nous sanctifier, sommes-nous prêts à accepter le programme de ce verset? Nous employons le mot « sanctification » beaucoup trop à la légère : acceptons-nous, par avance, ce que la sanctification nous coûtera? Tout ce qui nous attache à la terre doit se rétrécir étroitement, et ce qui nous attache à Dieu  s'élargir d'une façon prodigieuse. Pour connaître la sanctification, il faut se concentrer de toutes ses forces sur la manière dont Dieu voit les choses. Il faut que toutes les énergies de notre corps, de notre âme et de notre esprit soient enchaînées sous le contrôle de Dieu. Sommes-nous prêts à nous laisser transformer par Dieu comme il l'a décidé? Lorsque Dieu a pu accomplir sa volonté en nous, sommes-nous prêts à nous consacrer à Dieu comme le fut Jésus: « je me sanctifie moi-même pour eux ». Certains d'entre nous ne sont pas engagés dans l'expérience de la sanctification; sans doute n'ont-ils pas réalisé sa signification aux yeux de Dieu. Marcher dans la sanctification, c'est être en communion avec Jésus, en sorte que les pensées qui le poussaient à agir nous animent, nous aussi. Sommes-nous prêts à accepter l'abandon de tout ce qui en nous, ne vient pas de Dieu, quoiqu'il nous en coûte? Sommes-nous prêts à être emportés par l'élan de cette prière de l'apôtre Paul? Sommes-nous prêts à dire: « Seigneur, fais que je sois saint, autant que peut l'être un pécheur sauvé par grâce.» Jésus a prié Dieu que nous soyons «un» avec lui, comme lui est un avec le Père. La seule et unique preuve de la présence du Saint-Esprit dans un homme, c'est une forte ressemblance avec Jésus-Christ, un « air de famille », et l'affranchissement à l'égard de tout ce qui ne lui ressemble pas. Sommes-nous prêts à nous abandonner à l'action du Saint-Esprit en nous?
 
(Oswald Chambers)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si vous souhaitez commenter cette exhortation, libre à vous.